dimanche 30 novembre 2008

L'ange du mal


L'ange du mal est le premier roman de Gilles Caillot. Ce roman est sélectionné pour le prix 2008 des Limbes Pourpres.

Présentation de l'éditeur :
Lyon, été 2006. Une série de meurtres, plus atroces les uns que les autres, sont perpétrés dans la capitale Rhodanienne. La police est sur les dents et Massimo Zanetti, capitaine de police à la Criminelle , est investi de l’enquête qui s’avère d’ores et déjà extrêmement compliquée, remplie d’énigmes et d’étranges indices laissés par le tueur sur les corps décomposés et mutilés. Satanisme, magie noire, tortures sexuelles et mentales… La traque du psychopathe l’emmènera jusqu’aux portes de la folie. Accompagnée de Julie Martin, la responsable de l’institut médico-légal de Lyon, dont il est toujours amoureux et de toute son équipe d’investigation, le capitaine Zanetti va mener la chasse dans la ville entière et nous emmener jusqu’aux plus profond d’un des lieux les plus mystérieux de la cité Lyonnaise : Les catacombes.

L'ange du mal est un bon premier roman avec ses qualités mais aussi avec ses défauts. Des défauts de premier roman sans doute. Gilles Caillot maîtrise très bien l'écriture et son roman se laisse dévorer sans soucis. Les premiers mots qui vous viennent à l'esprit lorsque vous avez refermé le livre sont : sanglant, pervers, diabolique ... L'œuvre est brutale. L'auteur joue avec le dégoût du lecteur. L'horreur est poussée très loin alors âmes sensibles, abstenez-vous !

Un tueur en série sévit sur Lyon et utilise des techniques affreuses pour torturer et mutiler ses victimes. Qui est-il ? Et pourquoi agit-il de la sorte ? Massimo Zanetti est le capitaine de Police qui s'occupe de cette affaire. Aidé par la charmante légiste, Julie Martin, ils vont tous les deux découvrir l'œuvre perverse d'un grand malade au passé trouble et bouleversant.

Des membres coupés, du sang, des viscères présentant un aspect brillant et mouillé ... L'auteur en rajoute encore et encore jusqu'à réussir à vous dégoûter. De ce côté, l'auteur a réussi son pari. Là où le roman est moins bon, d'après moi, c'est au niveau du suspense. La trame est très classique et le lecteur s'attend assez à l'avance à ce qu'il va se produire par la suite. Malgré cela, Gilles Caillot a réussi à me captiver avec un final époustouflant et digne des grands romans d'horreur.

La petite cloche sonnait sans discontinuer ce matin comme un dernier hommage ...

Tout roman apporte sa part de culture. Histoire (ici de la ville de Lyon), nouvelles technologies, techniques de médecine légale ... Il est toujours difficile pour un auteur de les placer dans le contexte du roman policier. Dans ce roman, j'ai eu l'impression que l'auteur ne savait pas toujours comment aborder le sujet. Raconter l'histoire des catacombes de la ville de Lyon en plein milieu d'une discussion tendue entre deux flics au sujet du tueur m'a gêné ... Au final, malgré ces quelques défauts, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire L'ange du mal et c'est sans hésiter que je lirai sa suite : Réminiscence.

Note : 14/20

5 commentaires:

Ingrid Barnay a dit…

J'ai hâte d'avoir ton opinion sur ce livre ! Perso j'ai adoré ! Bonne journée ;-)

La liseuse a dit…

Moi aussi. Je ne l'ai pas lu mais je n'entends que du bien sur les forums.

MiKa ... a dit…

J'en ai entendu (enfin lu) beaucoup de bien aussi sur les forums. Pour le moment c'est très bien. Merci pour vos comm' !! ;-)
A bientôt

Gilles CAILLOT a dit…

Merci pour votre commentaire Mikael.
Amicalement

Gilles CAILLOT

MiKa ... a dit…

Bonjour Gilles,
Merci d'être passé sur le blog.
J'espère que mon avis vous a plu.
Bonne continuation.