jeudi 16 juillet 2009

Zulu

Zulu est un roman de Caryl Férey. L'auteur n'en est pas à son premier succès puisqu'il a remporté de nombreux prix avec ses précédents romans (notamment Utu) comme le Prix Sang d'Encre 2005, le Prix Michel Lebrun 2005 et le Prix SNCF du polar 2005.

Présentation de l'éditeur :
Enfant, Ali Neuman a fui le bantoustan du KwaZulu pour échapper aux milices de l'Inkatha, en guerre contre l'ANC, alors clandestin. Même sa mère, seule rescapée de la famille, ne sait pas ce qu'elles lui ont fait... Aujourd'hui chef de la police criminelle de Cape Town, vitrine de l'Afrique du Sud, Neuman doit composer avec deux fléaux majeurs : la violence et le sida, dont le pays, première démocratie d'Afrique, bat tous les records.
Les choses s'enveniment lorsqu'on retrouve la fille d'un ancien champion du monde de rugby cruellement assassinée dans le jardin botanique de Kirstenbosch. Une drogue à la composition inconnue semble être la cause du massacre. Neuman qui, suite à l'agression de sa mère, enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds... Si l'apartheid a disparu de la scène politique, de vieux ennemis agissent toujours dans l'ombre de la réconciliation nationale...

Véritable roman coup de poing, et ce n'est pas rien de le dire, Zulu n'est pas un texte pour enfant de chœur mais bel et bien un roman noir, vif et brutal. Dans une Afrique Du Sud post-Apartheid et à l'aube d'un évènement mondial (la coupe du monde de football 2010), le gouvernement et la police ont un rôle délicat puisqu'ils doivent préparer la sécurité des futurs supporters et professionnels du ballon rond en s'affichant comme étant un pays sécurisé. Pas facile quand on sait que l'Afrique Du Sud est le pays le plus violent au monde ("comment la première démocratie d'Afrique pouvait être le pays le plus dangereux au monde ?"). C'est sur ce point et à ce moment précis que l'auteur intervient. Il peint une région d'Afrique où les ethnies se mélangent et les doutes subsistent. Finalement, le genre "roman policier" n'est qu'un prétexte pour dénoncer la violence, la pauvreté, le SIDA, le racisme, l'insécurité, la prostitution et les problèmes de drogue qui ravagent l'Afrique Du Sud.

L'Afrique recrachait des tueurs en série comme les rivières des squelettes à la saison sèche.

Ali Neuman est le chef de la police criminelle de Cape Town. D'origine zoulou, il a connu de très près les différents conflits dûs à l'apartheid et a vu son père et son frère mourir. Marqué par ces évènements passés, il est devenu un homme presque insensible et discret, cachant une bête féroce prête à dégainer à la moindre injustice ("Le monstre au fond de lui se réveillait."). Avec l'aide de quelques amis (Fletcher et Epkeen), ils vont enquêter sur le meurtre mystérieux d'une jeune fille. L'enquête devient dangereuse lorsqu'ils s'aperçoivent que le meurtre cache en réalité quelque chose de plus important.

Le Seigneur est muet depuis un certain temps

Caryl Férey utilise un style impeccable pour ce roman aux dialogues tonitruants et mélange avec brio des scènes bouleversantes et des séquences d'actions très cinématographiques. Les descriptions et les éléments de l'enquête s'imbriquent parfaitement. L'auteur atteint avec son ouvrage un taux de violence inouï et parfois insoutenable, et semble demander si la vie en Afrique Du Sud, la cohabitation (entre ethnies), est sans espoir ("Pas de terrain d'entente./Aucun devenir ensemble./ Autant courir après le désert."). Au delà de ce problème, il rajoute une couche afin de montrer que le clivage le plus important se situe entre les riches et les pauvres ... un fléau qui touche au delà des frontières de l'Afrique Du Sud.

Note : 17/20

2 commentaires:

Fabien a dit…

Bonne lecture! Tu vaste régaler! Pour moi, ce fut un super coup de coeur!!!!!!

MiKa ... a dit…

Merci Fabien ! J'en ai lu un quart et c'est effectivement excellent. ;-)